Accueil » TO SOLOLA » CHARESS PREVAL FAIT DE LA PHOTOGRAPHIE UN ART D’EXPRESSION ET AUSSI UN METIER

CHARESS PREVAL FAIT DE LA PHOTOGRAPHIE UN ART D’EXPRESSION ET AUSSI UN METIER

Par définition la photographie c’est écrire avec la lumière, et pour faire la photo d’art ou de presse, il est impératif de maîtriser les trois principes fondamentaux du réglage de son appareil pour une bonne prise de vue:
1- la vitesse d’obturation: qui consiste à définir le temps pendant lequel la lumière doit pénétrer le boitier;
2-L’ouverture du diaphragme: qui consiste à définir la quantité de lumière qui doit pénétrer dans le boitier;
3- la sensibilité iso : qui consiste à définir le niveau de sensibilité de l’appareil( boitier) face à la lumière

pour ce numéro, nous allons nous entretenir avec CHARESS PREVAL, Jeune artiste Photographe de la génération numérique, qui a appris la technique photographique de manière autodidacte avant de devenir photographe professionnel.

RHODMAN ODIKA
• Pourquoi avez-vous choisi cette orientation professionnelle ?

CHARESS PREVAL
● C’est plutôt elle qui m’a choisi, depuis tout petit , je voulais toujours faire de la photographie vu que c’est l’une de mes passions mais je n’avais pas toujours eu cette chance d’exercer ma passion. Au Congo quand on parle de “Photographe”, certaines personnes te considèrent comme un vaut rien. Pour moi, c’est le seul moyen de garder une trace du passé et la « force de l’image » c’est qu’elle reflète parfaitement une vérité ponctuelle.

RHODMAN ODIKA
• Comment définies-tu la photographie et qu’est ce qu’elle représente pour toi ?

CHARESS PREVAL
● Personnellement, la photographie est l’ensemble des techniques permettant d’obtenir des images permanentes grâce à un dispositif optique produisant une image réelle sur une surface photosensible. Elle est une façon de raconter une histoire dont on a pas pu raconter avec les mots mais avec les images. C’est un mode de vie pour moi, tout ce que je fais est lié à elle.

RHODMAN ODIKA
• Quelles ont été les étapes importantes pour toi dans l’apprentissage de la photographie ?

CHARESS PREVAL
● Je n’ai jamais été à l’école pour apprendre la photographie comme d’autres, pour une première fois que j’avais une caméra en main, “je ne savais même pas comment l’utiliser” , vu la forte détermination que Dieu m’a donné, je n’ai jamais baisser les bras malgré que personne ne croyait en moi.

RHODMAN ODIKA
• Quelles sont les qualités nécessaires pour devenir un bon photographe ?

CHARESS PREVAL
● Il faut « avoir l’œil » du photographe, c’est à dire l’instinct et une certaine sensibilité pour percevoir et obtenir « la » bonne photo. Il faut aussi savoir bouger, être à l’affût de chaque événement pour être là au bon moment.
Et surtout avoir l’amour de ce que tu fais, que ça soit dans la photographie ou dans d’autres domaines, une forte détermination et toujours écouter les reproches, critiques et autres. Personne ne commence avec des superbes photos, il y a toujours des imperfections pour un débutant mais ne jamais baisser les bras et travailler dur vers la perfection.

RHODMAN ODIKA
• Quelle est l’étape que tu préfères dans la réalisation d’un shoot (séance photo) et pourquoi ?

CHARESS PREVAL
● C’est souvent quand je suis à court d’idées et que le Client devient le Directeur artistique, et c’est lui qui te dit ce que tu dois faire, c’est embarrassant mais j’aime bien!

RHODMAN ODIKA
• As-tu un souvenir d’un shooting que tu souhaites partager avec nous ?

CHARESS PREVAL
● Je me rappelle de mon premier shooting, j’étais tellement surexcité de travailler, une fois sur le lieu du shoot, j’avais tellement peur de rater les mises au point que je n’avais plus l’idée de ce que j’étais censé faire.

RHODMAN ODIKA
• Que souhaites-tu vraiment transmettre à travers tes photos ?

CHARESS PREVAL
● Ce que je ne peux pas dire avec les mots je le dis avec mon écriture photographique. Sur mes différents shoots, je travaille sur les thèmes: enfants de la rue, bienvenue à Brazzaville et autres… je raconte mon quotidien, ce que ma bouche est incapable de le dire, mon appareil est capable de l’écrire et de le montrer !

RHODMAN ODIKA
• En parlant d’appareil, quel matériel photo utilises-tu ?

CHARESS PREVAL
● J’utilise beaucoup plus les “Canons” mais ces derniers temps je suis beaucoup plus attiré par la marque “Sony” sinon je n’ai pas de préférence, tant que le matériel est bon, je travaille avec!

RHODMAN ODIKA
Comment tu réalises tes création artistiques ?

CHARESS PREVAL
● La plupart du temps , je shoot ce que je veux pour un montage ou autre chose , c’est plus simple et facile. Mais il y a aussi des rush sur internet, souvent je les utilisent quand n’ai pas le temps de photographier certains éléments.

RHODMAN ODIKA
•Comment tu t’y prend dans le traitement de l’image face au numérique ?

CHARESS PREVAL
● Le numérique peut ou ne pas sauver un cliché, déjà que si tu rates tes prises de vue, mises au point… Même-ci t’as le meilleur logiciel de traitement d’image au monde , tu ne pourras rien faire.

Déjà pour des shoots que je fais souvent pour des individus, j’ai toujours tendance à leur demander de me dire ce qu’ils veulent , question de voir ce que je vais faire, quelle prise de vue je dois faire. Tout part du choix du client.

RHODMAN ODIKA
• Comment travailles-tu tes développements: quels outils, quelles techniques, quelle approche (tu sais ce que tu veux et comment y arriver, ou tu testes différents réglages) ?

CHARESS PREVAL
● Je retouches les photos selon l’endroit et l’accoutrement du modèle que je shoot pour ne pas exagérer avec les couleurs et certaines retouches, une fois que j’ai fais le shooting, j’ai déjà l’idée sur ce que je veux donner à l’image.

J’utilise PHOTOSHOP LIGHTROOM ainsi que PHOTOSHOP lui-même pour le traitement des images.

ONDIKA: RHODMAN ODIKA
• Quel est ton regard sur la photographie au Congo ?

CHARESS PREVAL
● Perso, tout ce que je vois ici au Congo, je n’appellerait pas ça “photographie”, car il y a trop de photographes par occasion, tu te réveilles un bon matin et comme t’as vu Mr X faire de la photographie, tu te dis que tu dois aussi faire comme lui. Nous n’avons pas encore cette culture de la photographie comme nos frères Béninois, Togolais et Camerounais. 95% des photographes au Congo le font par complexe et c’est ce qui tue notre art photographique.

La créativité c’est ce qui manque à beaucoup de photographes ici, mais tous ces “Studios Photo” ici au Congo font quasiment la même chose, ils sont tous dans un même délire.

Rhodman ONDIKA: RHODMAN ODIKA
• La photographie nourrit il son Homme ?

CHARESS PREVAL
● Bien sûr que oui, j’ai eu a faire la couverture des grands événements comme MBOTE HIP HOP 2018 pour HAVAS MEDIA CONGO, BRAZZA SAMEDI SHOW (Radisson Blu) et autres. Sur dix (10) grands événements organisés dans l’année je suis présent dans le huit (08). Je peux bien dire que la photographie prend bien soin de moi, c’est une bonne épouse

RHODMAN ODIKA
• Un dernier mot!

CHARESS PREVAL
● J’aimerais bien m’adresser à tous les jeunes qui liront cette interview, ne laissez personne vous faire croire que vous n’y arriverez a rien faire sans elle, ne baissez pas les bras , travaillez nuit et jour pour pouvoir réaliser vos rêves ! WE NEVER GIVE UP.

Propos recueillis par Rhodman ODIKA
(Cerveau penseur).

Comments

comments

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

No announcement available or all announcement expired.