LACONGOLAISE 242

Un  voyage dans le Congo profond

𝗤𝗨𝗘 𝗗𝗘𝗩𝗜𝗘𝗡𝗧 𝗟𝗔 𝗥𝗨𝗠𝗕𝗔 𝗔𝗣𝗥È𝗦 𝗦𝗢𝗡 𝗜𝗡𝗦𝗖𝗥𝗜𝗣𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗔 𝗟’𝗨𝗡𝗘𝗦𝗖𝗢 ?

𝗤𝗨𝗘 𝗗𝗘𝗩𝗜𝗘𝗡𝗧 𝗟𝗔 𝗥𝗨𝗠𝗕𝗔 𝗔𝗣𝗥È𝗦 𝗦𝗢𝗡 𝗜𝗡𝗦𝗖𝗥𝗜𝗣𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗔 𝗟’𝗨𝗡𝗘𝗦𝗖𝗢 ?

La remise du certificat d’inscription de la rumba congolaise sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, par le ministre de la Culture et des Arts, Dieudonné Moyongo, avait eu lieu au cours d’une cérémonie solennelle qui avait réuni les corps constitués nationaux et internationaux, le 9 juin 2022 à Brazzaville.

Cependant, dans le quotidien il n’y a pas encore une initiative de grande envergure pour promouvoir la rumba congolaise à l’image du concours Mopacho. Moins encore une politique claire sur la promotion et la pérennisation de la rumba, même sur comment susciter le goût de pratiquer cette belle rumba en milieu juvénile.

N’oublions pas que la Côte d’Ivoire est un vrai monstre de promotion culturelle en Afrique Francophone et qui a déjà intégré la rumba dans son quotidien. D’ici quelques années, elle pourrait produire des stars de la rumba qui vont rivaliser avec force les géniteurs (Les deux Congo).

Au moins l’édition de la relance du 𝗙𝗲𝘀𝗽𝗮𝗺 a comme ADN la rumba ce qui est une bonne chose. Contentons-nous de cela pour le moment.

Il sied de rappeler que c’est le 14 décembre 2021 que la rumba congolaise a été inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.

Partagez l’article sur vos réseaux sociaux

VITIA KOUTIA