Accueil » Actualité » LA POSITION DE ROGA-ROGA SUR LE DÉCONFINEMENT DU SECTEUR CULTUREL EN RÉPUBLIQUE DU CONGO

LA POSITION DE ROGA-ROGA SUR LE DÉCONFINEMENT DU SECTEUR CULTUREL EN RÉPUBLIQUE DU CONGO

Sisa Bidimbu, coordonnateur de la congolaise242, a été parmi les invités du déjeuner de presse initié par Roga Roga, axé sur la présentation de ses trophées à la presse (culture) congolaise le 01 décembre 2021.

L’occasion était propice pour Sisa Bidimbu de lui poser la question sur le confinement du secteur culturel en Rep du Congo  : ” Pourquoi vous ne portez pas votre voix jusqu’ici pour le déconfinement du secteur culturel “

“…Je ne souhaite pas interférer sur la décision de l’Etat concernant cette situation, nous leur faisons confiance dans la gestion de cette situation concernant notre secteur d’activité… “ a répondu en substance Roga Roga.

Cette position de la star congolaise sur la gestion de la pandémie à coronavirus nous inquiété et nous interpelle. Traduit-elle le désespoir ou encore le mécontentement sur la gestion de cette crise sanitaire sur plan artistique ?

Il faut reconnaitre que la pandémie à coronavirus qui sévit depuis plus d’1 ans a fragilisé le secteur culturel congolais avec impact considérable sur la création, la production, l’expression artistique et aussi sur la vie sociale des artistes congolais. Ne pouvant plus faire face à certaines situations sociales (loyer ; déplacement ; manger ; crédit ; internet; vêtements…) et continuer à perpétuer la production artistique, Les artistes les plus fragiles sont sur le point d’abandonner l’art, d’autres sont en train de mourir artistiquement et socialement sous nos yeux. Pour survivre en cette période frappée par la covid-19, les artistes bricolent des concerts et concepts ici et là. 

Il est souhaitable que le gouvernement congolais puisse mettre en place un plan de  relance de la vie culturelle et artistique dans notre pays. Et aussi mettre sur pied une politique sociale pour les artistes les plus fragiles. Les mécènes sont en voie de disparition, les producteurs quasiment inexistants ainsi que le sponsoring.  Dans les médias traditionnels (Tv, radio) c’est la politique qui occupe une place de choix. Ces différents éléments freinent et fragilisent l’exposition de la culture congolaise de par le monde. Et la pandémie à coronavirus risque d’effacer la culture congolaise sur le continent si rien ne fait.

Cette pandémie devrait- être aussi considérée comme une aubaine pour les artistes congolais pour examiner comment réorienter la pratique quotidienne de l’art, afin de survivre artistiquement dans cette guerre sanitaire.

Nous saluons pour la circonstance les efforts de ces organismes privés comme d’état, dans l’ombre comme dans la lumière, ceux qui tentent de donner de l’oxygène à l’expression artistique congolaise en cette période difficile comme le Mémorial Pierre Savorgnan de Brazza ;le Groupe Pella Yombo(GPY)  ; les Ateliers Sahm ; les kamba’s awards ;Bilili BD festival; le Brazza comédie show ; l’IFC et l’ensemble des chroniqueurs culturels et bien d’autres…

La congolaise