Accueil » Actualité » “YOMBÉ LE BALAFRÉ ” PREMIÈRE OEUVRE LITTÉRAIRE DE ANGE-EDITH MADZOU VOIT LE JOUR

“YOMBÉ LE BALAFRÉ ” PREMIÈRE OEUVRE LITTÉRAIRE DE ANGE-EDITH MADZOU VOIT LE JOUR

Ange-Edith Madzou, a présenté et dédicacé sa toute première œuvre littéraire intitulée « Yombé le balafré » le 3 août 2021 à Brazzaville. Cette œuvre est un livre de jeunesse autoédité qui édifie sur le respect de la différence et à l’estime de soi.

C’est devant les chevaliers de la plume et du micro et aussi des passionnés de la littérature que Ange-Edith Madzou a partagé la quintessence de sa toute première publication, dans laquelle elle aborde avec brio la question de l’apparence physique, devenue de nos jours un véritable malaise sociétal.

« Yombé le balafré », c’est l’histoire d’un jeune garçon recouvert des entailles sur son corps en forme de cicatrices; Yombé en est fier et assume parfaitement sa différence. C’était un mode de vie dans sa contrée,  et chaque balafre qu’il portait, reflétait une bonne action posée représentant la sagesse, la force, le courage, l’espoir…

L’ouvrage s’articule autour d’une seule histoire subdivisée en quatre épisodes, chacun rattaché à un thème précis. Le premier intitulé « Le voyage », « La mauvaise vipère » et « Le scorpion très mal poli » sont respectivement deuxième et troisième décortiqués par Ange-Edith Madzou. Dans ces deux chapitres, Ange-Edith Madzou interpelle la conscience collective sur le respect.

Le public a salué la qualité artistique de cette œuvre littéraire qui dégage  un message fort dans les relations humaines en société.

C’est par une séance chaleureuse  de dédicace qu’a pris fin cette cérémonie de présentation. Pour information, ce livre coûte 4.000frs CFA, disponible dans certaines librairies à Brazzaville.

Cette jeune écrivaine  congolaise de la diaspora(France), mère de deux filles, par l’apparition du livre «Yombé le balafré », signe sa présence dans l’univers littéraire congolais voire international et mérite une attention toute particulière du public congolais pour son épanouissement artistique.

Patchell Massivi